Chœur du Patriarcat russe de Moscou

Anatoly Grindenko direction artistique

Programmes

Fondé par Anatoly Grindenko au Monastère Laure de la Trinité Saint-Serge, près de Moscou, le Chœur du Patriarcat russe de Moscou voit le jour en 1980. Selon la tradition, il se compose de 12 à 13 membres. Les chanteurs sont tous d’éminents chercheurs passionnés par le répertoire pour voix d’hommes, depuis la musique d’église orthodoxe jusqu’à celle des dernières années du régime soviétique. À cette époque, le chœur a passé plusieurs années à décoder d’anciens manuscrits et à donner les premières représentations d’œuvres restées dans l’ombre pendant plusieurs siècles. Avec l’effondrement de l’Union soviétique, le chœur a pu s’ouvrir et se produire en Europe et en Amérique afin de diffuser cette musique à un large public. Ainsi, de concerts en enregistrements, le chœur s’est bâti une réputation internationale à la hauteur de la beauté des voix qui le composent. En 1988, le chœur est récompensé par le Grand Prix à l’Ohrid Summer Festival en Macédoine.

 

Très souple dans son choix de répertoire, le chœur aborde des styles de musique très différents : la musique ancienne et la musique spirituelle bien entendu, telles qu’elles étaient interprétées autrefois dans les églises, mais aussi des chants traditionnels issus du folklore russe. Ce prestigieux chœur fait revivre, selon le style monodique ou en bourdon, le répertoire russe du XIVe au XIXe siècle, les chansons populaires ainsi que les œuvres de musique sacrée des grands noms de la musique russe tels que Tchaïkovsky, Rachmaninov, Gretchaninov ou Sviridov.

 

Rapidement reconnu pour son excellent niveau d’interprétation et pour la qualité de ses recherches musicales, le chœur enregistre treize albums en France (Opus 111), trois disques en Russie, un en Allemagne et un autre en Pologne. Ces enregistrements reçoivent des nombreux prix y compris le Diapason d’Or.

 

La géographie des tournées du chœur s’étend de l’Autriche (Mozerthaus), Hongrie (Salle Haydn au Palais Esterhazy), les Pays-Bas (Festivals à Utrecht et Maastricht), Italie (Rome, Venise), Angleterre (Poole, Liverpool, Birmingham, London, Manchester), Espagne, Pologne, Slovénie, Croatie, Lettonie jusqu’aux Etats-Unis (San-Francisco, Los Angeles, Minneapolis, Detroit, Santa Barbara, Miami, Washington, Chicago et New-York Lincoln Center), Japon (Tokyo, Biwako, Niigata).

 

Le chœur est également un invité habituel des festivals français : "La Folle Journée de Nantes", "Musiques sacrées, musiques du monde" de l’Abbaye de Silvanes, "Des Rencontres internationales de la musique médiévale du Thoronet", le Festival de l’art sacré à Champeaux, le Festival de l’Abbaye de l’Epau, "Voix et route Romane", "Le Rivage des voix", le Festival international de musique sacrée de Lourdes et beaucoup d’autres.

 

Anatoly Grindenko direction

Originaire de Kharkov (Ukraine), Anatoly Grindenko se forme au violon dans des écoles spécialisées de Saint-Pétersbourg et Moscou. Une fois diplômé du Conservatoire de Moscou, il donne plusieurs concerts en Russie et à l’étranger en tant qu’interprète de viole de gambe, avec sa sœur Tatiana Grindenko au violon et d’Alexei Lubimov au clavecin. Puis, au sein du trio baroque Orpharyon, il participe à maints festivals de musique ancienne en Europe et aux États-Unis. C’est en 1980 qu’il fonde le chœur des étudiants du Monastère Laure de la Trinité Saint-Serge à Zagorsk dans le but de restaurer le chant choral de l’ancienne Russie, projet qui lui tient particulièrement à cœur. L’année suivante, ce chœur s’installe au Monastère Danilov à Moscou. Puis en 1985, sur la bénédiction de l’archevêque Pitirim, le chœur d’hommes se lie au Patriarcat de Moscou. Depuis ce moment, le chœur accompagne régulièrement les offices religieux en chantant les motets de l’Ancienne Russie, conformément à son souhait d’origine. Fruit de ses réflexions philosophiques et théologiques sur l’ancien art russe et ses liens avec les arts égyptiens et byzantins, un ouvrage, Harmonia Divina, a été co-écrit par Anatoly Grindenko et l’ancien restaurateur d’icônes A. Ovchinnikov et publié chez Opus-111 en 1998. 

 

Depuis 2005, il est directeur artistique du festival international « L’Académie de la musique russe » à Saint-Pétersbourg.

En 2013, il a reçu une prestigieuse bourse du Président de la Fédération de la Russie.

Depuis 2015, il est membre du jury du festival de la musique traditionnelle russe « La musique du sol » sous la direction artistique du célèbre pianiste Boris Berezovsky.

 

Ariane Charriau